il y a : il y a 2 d'années  (03/02/2021)   Ι   affichage: 811   Ι   Commentaires:0


Images d'illustration/ ©Photo droits tiers

Images d'illustration/ ©Photo droits tiers


Si aider les pays en difficultés est l’une des principales missions de la banque mondiale; cette assistance est du moins conditionnée par certaines mesures de transparence et de bonne gouvernance. La RDC a été frappé suite à son manque de transparence dans la gestion de ce fond alloué à l'EPST pour la gratuité de l'enseignement.


Dans un communiqué rendu public, l’institution financière internationale fustige et énumère un certain nombre de griefs qui l’a poussée, selon sa ligne directrice, à la suspension momentanée de son appui à la gratuité de l’enseignement en République Démocratique du Congo.

Le communiqué publié dresse un tableau sombre: fraude et détournements de fonds publics (62 milliards de CDF soit 30 millions de USD) selon le rapport de l’IGF, ainsi que des faiblesses dans les contrôles internes. Pour enrichir avec les faits reprochés aux deux hauts fonctionnaires de l’Enseignement qui ont introduit de manière irrégulière un nombre important de non-enseignants dans le système de la paie", tel qu’accusé à l'AFP par Jean-Bosco Puna du Syndicat national des enseignants catholiques (Synecat).

Ces faits reprochés à l’Etat congolais en matière de la gestion de la dite assistance, pousse avec raison la banque mondiale de suspendre momentanément son aide. De ce fait,  le décaissement de 100 millions USD prévu depuis le mois de décembre dernier a été suspendu.

Soulignons que la Banque Mondiale avait adopté, dans son programme d'appui, une assistance financière à la gratuité de l'enseignement à la hauteur de 800 millions USD à décaisser par phase. Une assistance considérée comme stratégique pour la réussite de la reforme sur la gratuité de l’enseignement de base, programme évalué à 2,6 milliards de USD soit plus de 1/3 du budget national dans un pays continent avec une population de plus de quatre-vingt millions d'habitants.

La Banque Mondiale pourra revenir sur sa décision, à une condition claire; l’amélioration des indices de gouvernances dans le contrôle et gestion des fonds alloués. Nous fait savoir un expert de l'EPST.

Pendant ce temps, la gratuité devra résister et survivre.

©Nakelasi/GL mat


Télécharger l'Application nakelasi:

---


Commentaire