il y a : il y a 2 mois  (20/09/2022)   Ι   affichage: 249   Ι   Commentaires:0


les élèves dans la salle de Tenassop

les élèves dans la salle de Tenassop


À Kinshasa, des parents déplorent la mauvaise orientation de leurs enfants par rapport aux options à suivre, à la suite du Test national de sélection et d’orientation scolaire et professionnelle (TENASSOSP) lors d’une interviews accordée à Actu30.cd


Pour ces parents, le ministère de l’Enseignement primaire, secondaire et technique (EPST) n’a pas tenu compte des aspirations des enfants qui, pour la plupart, ont été mal orientés.

« Ma fille a été orientée à faire l’art plastique et l’agronomie, son école actuelle, n’organise pas ces options. Et n’ayant pas de quoi fournir ces études là ailleurs, je l’ai réorientée à la section littéraire organisée ici”, a affirmé un parent rencontré devant l’école Bibwala dans commune de Kinshasa.

Une autre ajoute : “L’État n’a pas tenu compte de nos réalités financières. Pour moi qui suis marchande d’oranges, j’ai la coutume d’épargner 180 francs congolais pour les études de ma fille. Et là, par ce test, elle a été conduite à faire l’agronomie, dites moi, où aurai-je cet argent pour financer ces études ?”.

Du côté des élèves, la plainte tend plus sur la non prise en compte de leurs aspirations et de leurs point forts.

“Dans la vie, j’ai toujours voulu être médecin, et pour ça, j’ai toujours excellé en mathématiques. Je me voyais donc faire les scientifiques. Mais seulement, lors de l’affichage d’options, j’ai été orienté à la musique”, se plaint l’élève Mboko Allégria du Lycée Boende.


Se retrouvant à l’intermédiaire entre les plaintes des parents et le décret du gouvernement, les écoles plaident pour une concession. C’est le cas de l’école chrétienne Aura Dawn dans la commune de Kalamu à Kinshasa.

“Les parents se plaignent et disent que c’est impossible pour subvenir financièrement à ces études. Nous leur disons que ce n’est pas nous mais l’État, sans succès. Certains parents viennent même réorienter leurs enfants selon les programmes proposés. Notre vœu est que l’État puisse comprendre ces parents, qu’il puisse les aider parce que la situation est un peu compliquée, chacun vit de sa manière et tout le monde ne gagne pas de la même manière. Nous savons qu’il est en train d’arranger certaines choses pour aider le peuple. Mais en attendant qu’il essaie de revoir ce point, pour nous aider nous, administrateurs des écoles et les parents », a déclaré l’administratrice de cet établissement scolaire.

Il faut signaler que c’est le 14 juillet dernier que le ministre de l’EPST avait lancé la première édition du TENASSOSP sur toute l’étendue de la RDC après son adoption le 13 janvier 2022.

©Nakelasi/Actu 30


Télécharger l'Application nakelasi:

---


Commentaire