il y a : il y a 3 d'années  (22/03/2019)   Ι   affichage: 2.32K   Ι   Commentaires:0


Jeune adolescent dans une salle d'examens/ © Photo VOA

Jeune adolescent dans une salle d'examens/ © Photo VOA


Même si un adolescent (17-18 ans) est capable de s’organiser et de réussir tout seul ; pour les parents, la tentation est grande de s’en mêler, ou encore de l’accabler de recommandations.


Vous êtes inquiet parce que votre enfant va devoir passer cette rude épreuve ? C’est normal ! Vous allez d’ailleurs sans doute vous sentir aussi stressé que lui. Mais attention, s’il a eu du mal à se mettre au travail durant toute l’année, il sera un peu difficile (mais pas impossible) de le motiver peu de temps avant l’épreuve. Reste à trouver le juste milieu entre conseil et autorité et à le laisser gérer son planning à sa façon, afin qu’il sente tout de même que vous lui faites confiance.

Instaurer le dialogue 

C’est une période qui s’annonce difficile, il est donc essentiel d’être plus que jamais à l’écoute de votre enfant. Faites-lui bien sentir qu’il peut compter sur vous en cas de pépin mais évitez absolument de faire la police à longueur de journée et de vous placer dans un rôle de juge. Il a besoin d’être épaulé, pas critiqué.

Respectez ses rythmes 

S’il ressent le besoin de tapisser son mur de fiches récapitulatives, pourquoi pas… S’il ne sait travailler que la nuit quitte à se réveiller à dix heures le lendemain, ne vous désespérez pas. Après tout l’essentiel pour réussir, c'est qu’il révise. Nous avons tous un rythme et une façon de travailler qui nous sont propres. Et même si dans votre quotidien de salarié vous n’avez pas cette liberté là, ce n’est pas une raison pour l’obliger à se lever tous les jours à 7 heures.

Évitez de lui prodiguer des conseils pendant qu’il révise

S’il y a bien une chose que déteste l’adolescent, c’est ça ! Les méthodes de travail et les mentalités ont changé, inutile d’essayer de le faire réviser à votre façon. Essayez plutôt de vous placer à son niveau et le dialogue sera tout de suite plus facile.

Ne l’obligez pas à vous rendre des comptes

Il en a déjà assez à rendre à ses professeurs, qui sont d’ailleurs là pour ça ! Ici aussi l’idée est de lui faire confiance mais vous pouvez aussi tâter le terrain en lui posant des questions plus subtiles…  Laissez-le juge de son organisation, tout en lui permettant de se détendre un peu. Il n’aura pas l’impression d’être une « machine ». Ce qui va l’aider à se responsabiliser et susciter ses confidences : s’il est inquiet, pas sûr de lui sur certains points, il en parlera plus facilement avec vous.

Parlez avec lui de ses projets

Le projet est souvent déclencheur de motivation chez les jeunes. S’il vous a parlé du souhait d’exercer telle ou telle profession, rappelez-lui discrètement qu’il aura besoin de son diplôme !

Enfin laissez-le souffler

Sortir, s’aérer la tête, avec des amis ou en ayant une activité physique est essentiel pendant cette période. Il n’avancera ni mieux, ni plus vite s’il reste cloué toute la journée à son bureau, bien au contraire. Le cerveau a besoin de se déconnecter et de s’oxygéner (au sens propre comme au figuré) pour mieux fonctionner ensuite.

 
©Nakelasi


Télécharger l'Application nakelasi:

---


Commentaire