il y a : il y a 2 d'années  (19/12/2018)   Ι   affichage: 676   Ι   Commentaires:1



L’UNICEF et ses partenaires ont réhabilité 59 écoles dans la province du Kasaï Central. Le secteur de l’éducation avait été en affecté par le conflit qui avait embrasé le Grand Kasaï entre 2016 et 2017(phénomène Kamwina Nsapu) : des écoles brûlées ou détruites mettant ainsi en péril l’éducation des milliers d’enfants.


La joie semble revenue dans le visage des écoliers de l’EP Kinkombwa, à 24 km de Kananga. Ils se disent contents de reprendre les enseignements dans un bâtiment complétement reconstruit par l’UNICEF. Leur école avait été brulée le 15 septembre 2017, lors des affrontements entre miliciens et forces de sécurité.« Comme il y avait le conflit entre les militaires et les miliciens de Kamuina Nsapu, les militaires étaient venus s’installer ici. 

Comme les miliciens ne voulaient pas voir les militaires, ils ont attaqué. Nous, nous avons fui », a témoigné Jean-Pierre Mukengeshayi, enseignant àcette école. Après leur fuite dans la forêt, avec les enfants aussi, l’école était réduite en un amas de cendres.A la faveur de l’accalmie qui a suivi, parents, élèves et enseignants, tous ont décidé de revenir pour réapprendre la vie au village. Les cours se tenaient désormais sous les arbres, jusqu’à l’arrivée de l’UNICEF dans la région.« L’UNICEF nous a visités. Ils ont trouvé les enfants sous les arbres, voire même sur le sol. 

Nous avons plaidé la cause, ils nous ont donné ce beau bâtiment », s’est réjoui Mulamba Kanku Marcel, directeur intérimaire de l’EP Kinkombwa.Il s’agit d’un bâtiment de trois salles, ajoutées aux trois autres offertes par la Coopération technique belge, a précisé l’ingénieur Hilaire Mutekemena, concepteur de l’ouvrage, parlant d’«un bâtiment complet » de 7 mètres sur 24.
L’EP Kinkombwa s’ajoute aux 58 autres écoles reconstruites dans la province du Kasaï-Central par l’UNICEF et ses partenaires, l’USAID et l’UKAID, dans le cadre du projet « Education pour les élèves de 6 à 11 ans et Urgences ».


Télécharger l'Application nakelasi:

---


Commentaire